SAINT-ÉTIENNE À TRAVERS LA CARTE POSTALE ANCIENNE

Iconographie : Bernard Valla

« Les années charnières entre les XIXe et XXe siècles sont une période faste de rénovation urbaine. À la Belle Époque, Saint-Étienne assoie durablement son statut de capitale industrielle. […] Ici est né le tout premier tronçon de chemin de fer de France et même d’Europe, dans les années 1820. À cette époque, il sert à transporter le charbon vers les rives de la Loire. C’est encore dans la cité stéphanoise qu’ont été inventées la toute première machine à coudre, en 1830, et la première turbine hydraulique. »

À travers plus de 400 cartes postales anciennes, Alain Le Tirilly propose un voyage dans les rues de Saint-Étienne à la Belle Époque. Devenue préfecture en 1856, la cité rayonne par ses grandes industries comme Manufrance, manufacture d’ armes et de bicyclettes, et par la renommée de ses artisans rubaniers. Déployée dans près de 200 puits, l’ activité minière achève de donner à Saint-Étienne un visage de ville ouvrière. Réunis lors des grandes fêtes citoyennes du début du XXe siècle, les Stéphanois vivent encore au rythme des marchés, des petits métiers et de la campagne proche.

23 x 28,5 cm - 112 pages
Paru le 13/10/2016 - ISBN 9782357203006